• un peu lounge à base de lumière feutrée et pulsante, de couleur variable Pour un peu on aurait commandé un mojito au taulier,  voyance par mail, si taulier il y avait eu L’ensemble du sol de la caverne n’était pas sans rappeler les antiques légendes des Abaures du Laukvhal, habitées par l’infâme Canditaure (cf Les très riches heures du chasseur Röh-Lan, des mêmes auteurs) Il était couvert d’une couche de boue à l’exception des côtés qui, constitués d’espèces de rives en roche, offraient au voyageur fatigué une halte hospitalière.


    votre commentaire
  • Un frère, une soeur Ils sont jumeaux, inséparables La vie, la mort, l'amour Mais délivre-nous du mâle ! (une histoire des années SIDA Le, consultation voyance gratuite,  voisin s’est pendu Il avait quatre-vingts ans Depuis le décès de sa femme, il y a un an, il déprimait ferme.

     


    votre commentaire
  • convenances personnelles, les collègues n'ont pas besoin de savoir de quoi il retourne exactement - en fait, pour rester auprès d’elle Elle était belle, ma frangine, Conchita, ma jumelle.Et intelligente aussi.Et forte, voyance gratuite en ligne par email, Ce que j’ai pu lui en faire voir, adolescent : - Ma grosse poulette, ma petite boulotte, mon pigeon dodu, ma plantureuse Alors, pour mincir, elle s’est mise comme une forcenée à faire de la natation, et pour ne pas être en reste - puisqu'on était toujours ensemble - à m’emmener avec elle.


    votre commentaire
  •  Moi, c’est pour bientôt, me répond-elle simplement.Et elle sourit.Elle est belle encore, ma Conchita, malgré ses joues toutes creuses et son teint cireux.Elle a les yeux brillants comme des flammes.Elle ressemble un peu à, voyance serieuse gratuite par mail,  une barque échouée sur une plage, avec son mât déglingué, quand je lui fais sa toilette Ses fesses ont fondu, ses bras et ses jambes sont comme des allumettes, ses côtes traversent presque la peau, les genoux et les clavicules sont des montagnes : - Tu vois, Pablo, je suis devenu « cuisses de mouche, fleur de banlieue »


    votre commentaire
  • Il était apathique.Et hier, en lui portant le journal - il ne ferme jamais à clé - je l’ai trouvé pendu à la rampe de l’escalier.Horrible à, voyance en ligne,  voir.Je n’ai pas perdu mon sang-froid, j’ai décroché son téléphone et appelé les pompiers.Deux ou trois minutes après, ils sont arrivés et l’ont dépendu.Il était mort, le visage presque bleu dans une grimace épouvantable.Conchita n’en sait rien.Je lui dis : - Le voisin est mort.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique