• Les pères des deux garçons travaillaient dans la même Société, et s’étaient mis à discuter tandis que Pierre et Luc se toisaient mutuellement.En tout état de cause, et en cela, ils étaient bien d’accord tous les deux, ils se sentaient plus qu’amis, voyance par mail gratuite, plus que frères… des jumeaux en quelque sorte.Chacun connaissait l’autre par cœur et pouvait savoir les réactions de l’autre devant telle ou telle situation.Ils venaient d’avoir 21 ans.Depuis l’âge de 8 ans, ils n’étaient jamais restés plus de 15 jours sans se voir.Les vacances ? Ni Luc ni Pierre ne pouvait les concevoir sans l’autre.Ils avaient fait leurs études dans les mêmes établissements primaires et secondaires.


    votre commentaire
  • Deux amis et deux sœurs se rencontrent. Il y a là tous les ingrédients pour que se déroulent deux belles idylles classiques. Mais... la fatalité se charge d'apporter des complications dramatiques qui viennent brouiller le déroulement prévisible. Fatalité C’était l’un de leurs sujets de discussion. Luc et Pierre se connaissaient depuis l’âge de 8 ans.Mais Luc prétendait qu’ils s’étaient connus en arrivant chez les louveteaux,voyance en ligne gratuite, alors que Pierre était formel : leur première rencontre s’était produite dans le Parc Émile Loubet où leurs parents promenaient leurs enfants.

     

     


    votre commentaire
  • Nolomépolis, extrême sud-ouest du boulevard Hallyday, « Ezquiel Longe »C’est quoi en fait ? Un salon de thé, une boutique d’art déco, voyance gratuite,  Je ne saisis pas très bien le concept.Ils servent les gens dans des verres, bols, tasses et sous-tasses aux formes et couleurs inédites, très tendance; et toute cette superbe vaisselle tu peux l’acheter sur place, comme tout ce qui fait le décor du lieu .


    votre commentaire
  •  Un avertissement sérieux et sévère. » C’est ce que m’avait demandé le client.Trois jours après il avait l’autorisation de construire, voyance mail gratuit rapide,  son casino.Avec cette « carte de visite », j’ai pu m’exporter.Et me revoilà aujourd’hui au pays Je remonte le boulevard dans la chaleur moite de la nuit.

     


    votre commentaire
  •  

    si j’ouvrais une boutique ? Ou un bar ? Non, je n’ai pas la fibre commerciale. Ça fait quelques années maintenant que je ne suis pas venu, voyance 2017,  ici La dernière fois c’était pour un de mes premiers contrats Superbe : à cinq cent mètres, une balle entre les yeux du pauvre chauffeur de Monsieur le Maire.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique